Auto-Construire

Une chambre en plus, un agrandissement de salon, un studio pour louer ou pour sa famille, un espace de loisir ou de sport, une véranda bioclimatique isolée (selon Jean Pierre Oliva), un sas d’entrée,…
Ou, si vous êtes pro: un bureau tranquille (studio de jardin), un espace vestiaire/sanitaire, une boutique, et toute solution d’accueil au public.
Ce peut-être en plain-pied (rez-de-jardin), en extension, en étage, ou en sur-élévation (en étage sur les murs de votre maison existante). Sur dalle béton ou sur plots (avec «vide-sanitaire»).
Construire ce projet est une décision importante, et vous cherchez LA solution. Même si vous souhaitez que ce ne soit «pas cher», vous ne voulez, pour autant, construire «économique».
Hartéa-EcoConstruction a pour vous une bonne nouvelle…
Oui, c’est possible de construire selon les normes et règlementations de la construction à 60% du prix moyen de la construction (http://www.insee.fr/fr/themes/indicateur.asp?id=102 ).
Vous allez ainsi découvrir la construction en Ossature-Bois ! Rassurez-vous cependant: tout est préparé en atelier, vous n’avez qu’à assembler les éléments de murs et d’huisseries les uns aux autres, tout vous est facilité selon notre concept exclusif.
Faire soi-même les fondations (par pieux acier vissés) ou faire soi-même sa salle de bain devient possible avec notre assistance (ou réalisation par nos soins, «à la carte»).
Notre architecture résolument contemporaine s’associe à toutes à toutes les configurations.
Et tout cela en en temps record: vous aurez les clés dans la main dans 4 mois (timing de construction optimal du HEHA, y  compris PC, et sous réserves).
Découvrez LA solution modulaire Urbia !

Le verre.

Le verre est un matériau technologique.
Posez-nous vos exigences:
* Résistance à la tentative d’effraction (consultez votre assureur pour connaître sa préconisation).
* Résistance thermique (nos huisseries exposées au sud sont double-vitrage, et celles exposées au nord sont triple-vitrage Ug0,9 W/m2.K). Nb: plus l’indice Ug est faible et plus le vitrage est performant.
* Facteur solaire (g exprimé en %), exemples d’usages: le vitrage d’une véranda bioclimatique sera le plus élevé possible (supérieur à 35%), le vitrage d’un habitat en région chaude sera le plus faible possible (inférieur à 20%). Nb: l’incidence solaire des ombrages extérieurs est aussi à considérer.
* Transmission lumineuse (facteur TL): transmission de lumière, contribution à l’éclairage intérieur.
* Acoustique (exprimé selon Rw, correspondant à l’affaiblissement en décibels): Rw30 est un standard de base, Rw50 est une haute performance acoustique.
* Déco ou occultation visuelle cérusé, sérigraphié, dépoli, miroir.
* Le vitrage chauffe déjà votre Eau Chaude Sanitaire (www.robinsun.com ), bientôt il produira aussi votre électricité, il sera luminescent, l’on y regardera les films… Des progrès considérables sont aussi réalisés quand à sa production (réduction de l’incidence énergie grise, de la consommation en eau, des rejets de gaz carbonés, et filière de recyclage des verres obsolètes).

Photovoltaïque vertical.

Le photovoltaïque amorphe est très peu utilisé en France.
La raison du fort succès des panneaux cristallins est liée à l’usage. Le photovoltaïque français est un placement financier: plus on produit, plus on est indemnisé (subventions à la production électrique). Et peut importe que cette énergie produite ne serve à rien…
L’énergie est ainsi essentiellement produite entre 11h00 et 15h00. Ne pouvant être ni stockée, ni utilisée sur cette plage horaire, elle est perdue.
En prenant en compte, non pas la seule énergie produite, mais l’énergie produite et consommée, le bilan «énergie grise» au Kw solaire consommé n’est plus vraiment ni propre, ni écologique.
Ce que ne manque pas de faire remarquer les détracteurs du solaire photovoltaïque: la taxe CSPE (consacré à 60% au solaire photovoltaïque cristalin) de nos factures d’électricité règle les généreuses subventions octroyées à une production électrique inefficiente.
La volonté de faire émerger une filière industrielle française de production solaire à été complètement perverti dès sa genèse. Un essor exponentiel du fait de subventions «excessives» (dixit la Commission de Régularisation de l’Energie, rapport Avril 2014), subventions à vocation de placement financier désormais à la charge de tous, puis la prise en compte de la dérive budgétaire, l’arrêt des subventions et le crash de la filière.
Le solaire est malheureusement devenu synonyme de charge financière, d’échec industriel, et d’inefficacité (l’électricité solaire représente 0,66% de la consommation électrique nationale). Un vrai cas d’école.
Plus d’info sur www.observatoire-energie-photovoltaique.com

Nous vous proposons une tout autre démarche.
Choisir tout d’abord une construction sobre en énergie: adaptation bioclimatique (le design Urbia est spécifiquement adapté) et isolation passive (même si le bâtiment ne l’est pas …pour encore).
Choisir le solaire thermique pour l’Eau Chaude Sanitaire: le solaire thermique «souffre» de la défiance publique envers le solaire, son retour sur investissement n’est pourtant plus à démontrer (Urbia propose, pour les installations familiales, une solution en thermosiphon = de l’eau chaude sanitaire sans aucun apport électrique).
Et l’usage de photovoltaïque amorphe!
Pourquoi ?
* A la différence du cristallin, l’amorphe produit dès le lever du soleil jusqu’en fin de journée (l’abaque de production est +/- linéaire sur la journée).
* A la différence du cristallin, l’amorphe produit aussi en hiver par temps nuageux et couvert (car il réagit à la luminosité diffuse et non à l’ensoleillement direct).
* A la différence du cristallin, l’amorphe n’a pas besoin d’être incliné à 35/45°, il produit en position verticale (murs) et horizontale (toit-terrasse).
* A la différence du cristallin, l’amorphe ne réduit pas son efficacité du fait d’un ensoleillement important (à considérer sous les latitudes chaudes).
* A la différence du cristallin, l’amorphe ne réduit pas sa production sous les ombres portées (ce point causant quelques soucis aux petites installations…).
* A la différence du cristallin, l’amorphe est incassable à la grêle, est léger (5Kg/m2 = 5 fois moins lourd), s’intègre visuellement bien mieux (il est plat!), à un bilan «énergie grise» bien plus favorable, et très simple à installer.
D’autre part, les critères suivants sont égaux aux deux process:
* La résistance dans le temps: garantie à 80% de puissance nominale après 25 années d’usage.
* Cout de revient (prix et performance réduits d’au moins 50%: besoin d’une surface d’exposition doublée en solution amorphe).

Il s’agit ici d’utiliser directement l’énergie électrique produite en autoconsommation. L’exposition de vos panneaux solaires amorphes sera donc répartie (selon vos besoins) vers l’est (besoins électrique du matin), vers le sud (en journée), et à l’ouest (en soirée). Un relais réseaux ou batterie ou générateur est, bien entendu, nécessaire.
Pour exemple: www.sma-france.com/produits/onduleurs-photovoltaiques-pour-site-isole.html
Notre Bureau d’Etude vous propose ses services pour définir au mieux votre projet d’autoconsommation électrique. Ce, que votre projet soit individuel familial ou collectif public.