Liens utiles

* Législation et Conseil en Architecture : www.fncaue.fr

* Actualité immobilière : www.logisneuf.com

* Cerfa PC : www.vosdroits.service-public.fr/particuliers/R11637.xhtml

* Terre Vivante (librairie sur l’éco-construction) : www.boutique.terrevivante.org/librairie/collection/32/458-habitat-ecologique.htm

* http://fr.ekopedia.org/Portail (onglet «se loger»).

* Prêt entre particuliers (financement alternatif) : www.pret-dunion.fr (nous consulter pour infos)

* Solution d’habitat participatif: www.coab.fr

Construire en bois: quel impact environnemental ?

Vous savez que construire votre habitat en bois vous apportera toutes les garanties de confort et de pérennité sur votre investissement. Cependant, une question vous «titille» encore l’esprit: quel est l’impact environnemental et/ou sociétal de ce choix ?

Troisième forêt européenne (après la Suède et l’Allemagne), la France se place 11éme au monde en termes de surface de forêt. L’accroissement de la forêt en France est de 50% chaque année: la «pousse», la croissance annuelle étant 2 fois supérieure à la quantité de bois exploité annuellement (bois d’ameublement, de construction, de chauffage, exportation, et d’industrie papetière confondus). Ainsi la forêt française s’accroit chaque année.

On peut idéaliser les choses et penser qu’abattre un arbre n’est pas souhaitable. Ce n’est pas la vérité: exploiter la forêt (avec le souci de sa préservation) est souhaitable, voire indispensable.

Exploiter un arbre mature est:

* libérer de l’espace pour les baliveaux cherchant la lumière sur son pourtour, et favoriser leurs croissances et donc la régénération de la forêt,

* éviter que l’arbre non-exploité ne rejette, ultérieurement, du méthane en se dégradant au sol (auquel cas, il rejettera tout ce qu’il a capté durant sa croissance, le solde CO2 est réduit à zéro),

* utiliser le bois de construction permet d’éviter d’utiliser un matériau de construction qui présente un bilan «énergie grise» négatif (le béton cellulaire est, par exemple, extrêmement «énergivore»).

Construire des logements est indispensable à notre bien-être, se loger est un besoin vital. Utiliser le bois à cet usage est la meilleure des choses.

Cependant, nous pouvons constater, de part le monde, et souvent sur des forêts primaires, des excès extrêmement préjudiciables à l’environnement. Il s’agit de «coupe-à-blanc» (c’est-à-dire, l’extrême surexploitation). Aucune repousse n’étant possible (le biotope du sol est irrémédiablement détruit), il ne reste alors qu’à en faire des champs de palmier à huile (est-ce la conséquence,…ou la cause ?). Les peuples autochtones en subissent les lourdes conséquences.

Le bois est une ressource renouvelable dès lors qu’il n’est pas surexploité.

Remarque: la «coupe-à-banc» est le mode opératoire de certains sylviculteurs de Douglas en France. Il s’agit de leurs terres qu’ils cultivent ainsi depuis longtemps (la culture est pérennisée car les coupes sont réparties sur 25/30 ans), ils savent reboiser efficacement et rapidement.

A noter enfin que la France exporte chaque année vers la Chine un millions de m3 de grumes de bois (dixit Fédération Nationale du Bois). Cela représente le chargement de 40.000 camions semi-remorque. Du bois brut «expédié» sans aucune valeur ajoutée. Exactement ce qu’interdisent désormais, à juste titre, bon nombre d’Etats africain pour valoriser leurs ressources en industries et emplois.

Urbia, acteur éco-citoyen, s’engage à n’utiliser que des bois certifiés FSC ou PEFC. Ce, au plus près des sites d’assemblage ou de construction (dès lors que la filière sylvicole le permet).

La ouate de cellulose.

Fantastique isolant cumulant qualités et performances:

* Recyclage de papiers perdus (essentiellement des journaux imprimés en excédent).
* Très faible énergie grise à la fabrication.
* Isolation thermique à la chaleur: seconde place sur le marché de tous les isolants proposés (le meilleur étant incontestablement la laine de bois), très fort déphasage thermique.
* Isolation au froid: se place dans les meilleurs avec un lambda de 0,039.
* Absence de ponts thermiques (car mise-en-œuvre par insufflation de matière isolante en vrac).
* Excellente performante phonique et acoustique (peut-être prescrit à cet usage), très forte absorption des bruits aériens (nb: les bruits solidiens seront traités par résiliences anti-vibratiles).
* Excellente pérennité thermique dans le temps (ne s’altère pas à la présence de condensation), ne se tasse pas, ne se dégrade pas.
* sain: sans COV, sans fibres minérales fines (vérifier, si vous le souhaitez, la finesse des poussières de la laine de roche…), sans aldéhydes.
* Ininflammable (même au chalumeau !), imputrescible, répulsif rongeur + insectes xylophages (qualités due au sel de bore).
* Economique (cout possiblement, selon les volumes, égal aux isolants minéraux ou synthétiques).
* Avis Technique CSTBat, Certification Acermi.
* Liens:

Visionner ou Télécharger Doc.Ouate-de-cellulose

Visionner ou Télécharger Doc.Isolation-comparatif